Aménageurs-lotisseurs : une année 2016 plus prometteuse

La parcelle d'un lotissement est inférieure de moitié à celle de la maison individuelle en diffus et lutte contre l'étalement urbain. © Fotolia
partage(s)

Le renforcement du PTZ et la légère amélioration de la croissance prévue cette année devraient impacter favorablement l’activité des aménageurs-lotisseurs.

Le syndicat national des aménageurs-lotisseurs (SNAL) vient de livrer son bilan pour l’année 2015.  Sur 70 400 mises en chantier de l’individuel pur qui portent sur le diffus et lot aménagé et excluent l’individuel groupé réalisé par les promoteurs en Vefa, le recul est de 12 % par rapport à l’année précédente. Sur la production d’individuel pur, la part du lot aménagé représentant 34,9 % fléchit de 13 % par rapport à 2014.

Bon à savoir

  • Surface moyenne d’un lot (parcelle vendue par un lotisseur sur la quelle va être construite une maison) : 517 m², soit 2 fois moins qu’en diffus.
  • Prix moyen : 75 507 €.

2016 : une lueur d’espoir pour les aménageurs-lotisseurs

Deux facteurs contribuent à redonner le moral aux professionnels et aux accédants : la nouvelle configuration du PTZ avec son élargissement et ses divers degrés de différés d’amortissement mais aussi les prévisions d’une amélioration de l’économie, impliquant un essor de la production et des ventes. Reste toutefois l’épineuse question de la mise de terrains constructibles sur le marché.

 Il est indispensable actuellement de favoriser la mise sur le marché de terrains constructibles. Cette relance ne coûterait rien au budget de l’Etat puisqu’elle pourrait consister en une simplification et une accélération des procédures pour aménager le foncier ».

Pascale Poirot, présidente du SNAL

La rédaction vous conseille :