La reprise du marché de la maison se confirme

Le marché de la maison individuelle confirme sa reprise. Seule interrogation, les taux d'intérêt. © Fotolia
partage(s)

Le marché de la maison individuelle affiche un fort dynamisme et devrait atteindre les 126 000 ventes. Une belle performance pour ce premier Challenge de l’Habitat Innovant 2017 de l’Union «LCA-FFB ».

Maison individuelle : le marché retrouve des couleurs avec ses 126 000 ventes

C’est sous de bons auspices que se fête le premier anniversaire de l’Union « LCA/FFB » (Les Constructeurs et Aménageurs de la Fédération Française du Bâtiment), qui représente actuellement plus de 800 professionnels qui partagent le même ADN concernant la construction d'habitat performant répondant aux besoins et désirs des Français. A l’instar du marché de l’ancien avec près de 860 000 transactions et de celui de la promotion avec 110 000 ventes d’appartements neufs, celui de la maison individuelle en secteur diffus retrouve des couleurs avec 126 000 unités estimées. Certes, le record de 2006 et ses 168 000 ventes est loin d’être atteint. Mais l’important est que le marché renoue avec la croissance, après l'année 2014 à moins de 100 000 ventes et 2015 à 110 800.

évolution-marché-maison-individuelle
En 2016, le marché de la maison individuelle se confirme. © LCA-FFB

Un succès marqué par les aides financières liées à l'achat

L’ensemble du secteur du logement bénéficie d’une très légère croissance. Mais trois facteurs cumulés ont permis à la maison de tirer son épingle du jeu : les taux d’intérêt particulièrement bas, le Prêt à taux zéro (PTZ) remanié et ouvert à plus de ménages ainsi que le dispositif Pinel, simple, efficace et favorable à un placement pour loger un enfant étudiant.

Il ne faut pas casser des mécanismes qui fonctionnent pour devenir propriétaire ou investisseur et qui participent à la bonne tenue de l’emploi dans le bâtiment ».

Patrick Vandromme, président de LCA/FFB

Quelles perspectives pour l'année 2017 ?

Une année présidentielle est toujours une année « anormale » et le syndicat se préoccupe de recevoir les candidats de tous les bords pour connaître plus précisément leur politique du logement et pour leur faire des propositions sur les aides au Logement, les droits de mutation, la fracture territoriale… Mais au-delà de cette année atypique, l’évolution des taux d’intérêt amène un doute et surtout l’ampleur de cette évolution compte tenu de l’impact du Brexit et de l’élection présidentielle américaine.

Bon à savoir

Depuis l'élection de Donald Trump le 8 novembre dernier, les OAT, les emprunts d'état à 10 ans ont considérablement grimpé. En France, ce taux est passé de 0,3 % à près de 0,8 %. Or pour les banques, ce taux détermine celui des crédits aux entreprises, comme aux particuliers, à commencer par les prêts immobiliers.