Le PTZ et la baisse des taux immobiliers ont boosté les ventes de maisons individuelles !

Le PTZ et la baisse des taux immobiliers ont boosté les ventes de maisons individuelles !

Les 133 600 ventes confirment le succès de la maison individuelle. La bonne configuration des aides de l’Etat et les taux d’intérêt très bas contribuent à cet appétit des acquéreurs, gommant une légère hausse des prix.

On vend plus de maisons neuves que d'appartements neufs !

Il se vend plus de maisons individuelles neuves que d’appartements neufs, à savoir 133 600 contre 118 424 unités. Preuve que l’engouement pour la maison existe toujours. En 2016, cette tendance observée par le syndicat LAC/FFB  s’est même renforcée puisque la reprise aboutit à une croissance de près de 20 % par rapport à l’année précédente.

Les aides de l'état et la baisse des taux favorisent la construction de maison

La baisse des taux d’intérêt a favorisé l’achat d’une maison. Mais c’est surtout le bon calibrage des aides de l’Etat qui contribue au passage à l’acte des ménages.

  • Le PTZ. La reconfiguration du prêt à taux zéro avec le différé de remboursement et le retour en grâce de la zone C a donné une bouffée d’air à la maison. Sur 117 000 PTZ distribués en 2016, 50 % ont été affectés à l’individuel. Même en période de taux bas, le PTZ est un outil efficace d’autant qu’il est assorti d’un mécanisme de sécurité pour la banque.
  • Le Pinel. Le dispositif Pinel ne vise pas que le collectif. Certains investisseurs, environ 8 000, achètent une maison à titre de placement mais aussi dans le but d’y résider lors de la retraite.

Bon à savoir

La reprise du marché a profité à toutes les régions même si une disparité est inévitable. La région la plus dynamique est celle des Pays de Loire, suivi par l’Ile de France et les Hauts-de-France. En queue de peloton, le Grand Est et la Franche-Comté, souffrant économiquement

Qui achète quoi et à quel prix ?

Une enquête réalisée par Caron Marketing LCA/FFB donne un comparatif du profil des acquéreurs et de leurs achats en 2016 et en 2010, année où il s’est vendu 146 000 maisons sous l’effet du plan de relance Sarkozy.

  • Age moyen de l’acquéreur : 46 ans vs 39 ans.
  • Part des primo-accédants : 50 %  vs 71 %.
  • Prix moyen d’une maison hors foncier : 177 000 €  vs 141 000 €.
  • Prix moyen terrain : 91 000 € vs 57 400 €.
  • Surface moyenne terrain : 1 000 m² vs 1 300 m².
  • Prix moyen/m² hors foncier :  1 370 € vs 1155 €.

Chiffre clés

157 000 €, c’est le prix moyen d’une maison de 115 m², hors terrain. Selon les constructeurs travaillant en CCMI, la hausse du coût des maisons est imputable en grande partie à la RT 2012 et celle du foncier à l’augmentation de la part des secundo-accédants qui recherchent des terrains plus près des grandes métropoles.

L’engouement pour les maisons neuves peut-il perdurer ?

Les éléments forts que sont les aides et la baisse des taux restent un point d’interrogation. D’ores et déjà, le Crédit Foncier anticipe une hausse des taux à 1,8% en fin d’année. Ce qui reste somme toute très attractif puisque ce sont des taux pratiqués début 2016. Du côté des aides, difficile de prévoir en année électorale, mais comme les autres acteurs de la filière immobilière, le syndicat table sur une responsabilité du nouveau ministre pour garder un système qui fonctionne et qui a permis de relancer l’emploi dans le bâtiment.

Le syndicat a bien conscience du budget de l’Etat. Nous demandons seulement et surtout que les aides actuelles bien calibrées qui permettent l’accession à la propriété ne bougent pas à un moment où elles commencent à porter leurs fruits ».

Patrick Vandromme, président de LCA-FFB