Maison en briques : une bonne alternative ?

La brique rouge, dite « pleine », reste la plus traditionnelle puisqu'elle est dénuée d'alvéoles. © Orédia
partage(s)

Arrivant non loin derrière le parpaing, la brique continue à séduire et représente entre 30 et 35 % des nouvelles constructions de maisons individuelles.

Creuse, pleine, monomur : l'embarras du choix

Légèrement tombée en désuétude à partir des années 1950 et de la période du béton roi, la brique fait son grand retour et a pour atout d'être acceptée dans la totalité des régions françaises, indépendamment des critères esthétiques locaux. La brique rouge, dite « pleine », reste la plus traditionnelle puisqu'elle est dénuée d'alvéoles. La brique de mur, dite « creuse » connaît quant à elle une utilisation croissante en raison de sa légèreté et de sa facilité de pose. La dernière-née est la brique monomur, plus rare et technique mais dont les cannelures verticales apportent un réel bénéfice en termes d'isolation.

La brique est résistante aux intempéries et aux chocs thermiques

La brique en terre cuite manifeste une remarquable capacité de résistance aux intempéries et aux aléas du vieillissement, ce qui en fait un matériau apprécié depuis la plus haute Antiquité. La brique assure en premier lieu une stabilité dimensionnelle parfaite pour la maison, pour peu que la pose a bien été réalisée par un professionnel au moyen de techniques modernes (laser). Le matériau dispose par ailleurs d'une bonne résistance aux chocs thermiques et aux incendies, presque équivalente à celle du parpaing. L'entretien d'un mur en brique se limite à la lutte contre l'apparition de mousses liées à l'humidité.

Chiffres clés

La brique traditionnelle constitue l'un des matériaux les plus accessibles pour la construction d'une maison.

  • De 10 à 15 € le mètre carré pour un produit de base
  • Environ 30 € le mètre carré pour de la brique monomur
  • Pose comprise, le prix peut varier de 30 € le mètre carré (brique pleine) à plus de 90 € pour du monomur (installation très complexe)

Mur en briques : quelles qualités d'isolation ?

Même si la brique n'est pas le matériau le plus isolant, elle est loin d'être disqualifiée au vu des critères de la réglementation thermique 2012. La brique pleine est la moins performante : même un mur épais pourra ainsi être utilement complété par un enduit ou une mousse isolante. La brique creuse se comporte légèrement mieux sur ce point et développe une plus grande inertie thermique, ce qui lui permet de restituer de la chaleur pendant la nuit. Enfin, la cuisson à très haute température de la brique monomur lui procure des performances optimales en matière d'isolation.

Un matériau naturel et recyclable

La brique en terre cuite bénéficie d'une empreinte écologique plus favorable que celle du béton. Entièrement naturel et recyclable, le matériau ne libère aucune substance nocive pour les habitants lors de sa pose ou au cours de sa durée d'utilisation. Rappelons par ailleurs que la modularité de la brique autorise, au besoin, de nombreuses excentricités, comme des murs ou murets supplémentaires de parement à l'intérieur de la maison.

Plus répandue dans certaines régions françaises par rapport à d'autres, la brique n'en reste pas moins une valeur sûre dans l'ensemble du pays. Elle procure esthétisme, durabilité et une première couche isolante à votre habitation.

Les points clés à retenir

  • Un temps délaissée la brique reconquiert des parts de marché en raison de ses multiples atouts.
  • Les vieilles briques pleines laissent la place à des produits plus isolants et évolués.
  • Le budget d'une maison en brique dépend fortement de la qualité et des propriétés du matériau.