Electricité, gaz, bois... Quelle énergie privilégier pour le chauffage de votre logement ?

Bien choisir son moyen de chauffage, c'est la garantie de faire des économies d’énergie.  ©Photographee.eu
partage(s)

Efficacité, impact sur l'environnement, coût… Pour le chauffage de votre habitation, le choix de l'énergie se fait en fonction de plusieurs critères. A l'approche de l'hiver, zoom sur chaque solution avec ses avantages et inconvénients.

Chauffage électrique : simple et esthétique

Les deux principaux avantages du chauffage électrique sont sa simplicité d'utilisation ainsi que son côté moderne et esthétique. En optant pour cette solution, vous disposez d’un large choix d'appareils aux propriétés très différentes comme, par exemple, des convecteurs ou des panneaux rayonnants pouvant être reliés à votre réseau électrique domestique par simple branchement sur une prise secteur. De plus, le chauffage peut faire l’objet d’une programmation personnalisée, heure par heure et pièce par pièce. Le revers de la médaille reste bien entendu l'augmentation assez nette de la consommation électrique, ce qui devient de plus en plus handicapant au vu du coût de l'électricité qui ne cesse de croître. Pour répondre à cette problématique, de nouveaux modèles de radiateurs à inertie, permettant un chauffage plus économique, sont disponibles sur le marché.

Conseils SeLoger

D’une manière générale, il est conseillé de privilégier le chauffage à l’électricité pour les logements de faible surface et disposant d’un bon niveau d’isolation thermique.

Gaz naturel : économique et non polluant

Dès lors que votre logement est plus spacieux et que vous êtes prêt à consentir un investissement de départ un peu plus important, l’installation d’une chaudière à gaz accompagné d’un réseau de radiateurs à eau représente une solution nettement plus intéressante. Le chauffage au gaz naturel a pour atout de diffuser rapidement une chaleur homogène et agréable. Après de fortes augmentations au cours de la dernière décennie, le prix du gaz semble se stabiliser.

Bon à savoir

Les chaudières à condensation de nouvelle génération permettent de réaliser d'importantes économies sur votre consommation énergétique.

Fioul : un prix intimement lié au cours du pétrole

Si vous venez d’emménager dans une maison ancienne, il peut être raisonnable de conserver, dans l’immédiat, votre système de chauffage au fioul qui a l’avantage de chauffer facilement des habitations à la surface étendue. En revanche, il est aujourd'hui déconseillé d’investir dans un tel système : utile si votre commune ne dispose pas d’un réseau de distribution du gaz naturel, le fioul se révèle au moins aussi cher s'agissant du coût de l’installation (entre 3 000 et 6 000 €). Le coût de l’énergie elle-même, par ailleurs, connaît une augmentation continue depuis plusieurs années (malgré une légère baisse ces derniers mois, en raison de la chute des cours du pétrole).

Pour des livraisons en FOD (2000 à 4999 litres), le prix TTC moyen est passé de 30,83 € par hectolitre en 1995 à 80 € vingt ans plus tard. On n’est donc pas loin d’un triplement du prix de cette énergie, et il n’est pas dit que la tendance connaisse un fléchissement dans les années à venir. »

Arnaud, gérant d’une entreprise spécialisée depuis 20 ans

Chauffage bois : une installation onéreuse, un combustible économique

Le chauffage au bois a connu récemment des avancées remarquables, et il est désormais possible de se chauffer de différentes manières grâce à ce matériau sain et écologique. La cheminée ouverte traditionnelle reste appréciée dans les demeures les plus rustiques, mais il est plutôt recommandé d’installer un poêle nouvelle génération pour optimiser le pouvoir calorifique de chaque bûche. L’autre solution en plein développement consiste à installer une chaudière alimentée automatiquement à base de granulés de bois. L’équipement, certes coûteux (entre 6 000 et 10 000 €), est plus pratique qu’un feu de bois traditionnel, et le faible prix des consommables permet de rentabiliser le système plus rapidement.

Bon à savoir

Pour l'installation d'une chaudière à bois, vous pouvez bénéficier d'un crédit d'impôt pouvant grimper jusqu'à 30 % de la valeur de la chaudière.

Energies renouvelables : pompe à chaleur, énergie solaire, biomasse…

La pompe à chaleur exploite les principes de la géothermie pour réguler la température au sein du logement, tandis que la biomasse permet de chauffer un intérieur par la combustion de matières organiques. Le solaire, enfin, tire parti d’une énergie entièrement gratuite pour la restituer sous forme d’électricité ou de chaleur. Dans tous les cas, ces dispositifs fonctionnent grâce à une source d’énergie renouvelable et peuvent donc s’avérer très utiles pour diminuer l’empreinte écologique d’un logement et le rendre conforme aux normes RT 2012. Lors d’une période de grand froid, une pompe à chaleur ou la simple exploitation de l’énergie solaire peuvent toutefois s'avérer insuffisantes. C'est pour cela qu'au vu des avancées technologiques, ces alternatives doivent idéalement être considérées comme des solutions d'appoint.

Conseils SeLoger

La solution de chauffage optimale consiste aujourd’hui à privilégier les consommables les moins chers (bois, gaz naturel…), quitte à faire un effort sur l’investissement initial, et à coupler cette installation avec une énergie renouvelable telle qu’une pompe à chaleur ou des panneaux solaires. Cependant, pour un petit logement, l'utilisation d'un simple chauffage électrique peut très bien suffire.

La rédaction vous conseille :