- 17 % des ventes de maisons au 1er trimestre 2018 !

- 17 % des ventes de maisons au 1er trimestre 2018 !

Après une très bonne année 2017 avec 130 000 maisons vendues, le premier trimestre 2018 marque très sérieusement le pas avec une baisse de 17 % par rapport au premier trimestre de l’an dernier. Un mauvais départ dû à la réduction du PTZ et à la suppression de l’APL Accession.

Un recul général des ventes de maisons, de -17 à -20 % selon les régions

Pour le cinquième mois consécutif, la commercialisation des maisons individuelles neuves dans le secteur diffus affiche une chute à deux chiffres avec -18,7 %.  Sur les trois premiers mois de l’année, l’indicateur Markemétron (Caron Marketing LCA/FFB) montre un recul de 17 % par rapport au premier trimestre. A fin mars, en glissement annuel, l’évolution des ventes révèle désormais un net repli, à hauteur de - 6,4 % sur les douze derniers mois, les bons mois de 2017 n’arrivant plus à compenser la sérieuse dégradation des mois précédents. Aucune région n’échappe à ce repli. Certaines régions enregistrent une baisse trimestrielle de plus de 20 % comme c’est le cas en Auvergne Rhône-Alpes, Centre Val de Loire, Hauts de France, Normandie, Occitanie, Pays de Loire.

110 000 maisons vendues en 2018 ?

Selon le syndicat LCA/FFB, ce constat est d’autant plus inquiétant que les conditions économiques globales restent favorables et que les taux d’intérêts immobiliers demeurent très attractifs. Si cette chute à deux chiffres perdurait au second semestre, le secteur de la construction de maison individuelle entrerait en récession durable. La prévision d’une baisse des ventes de l’ordre de 8 à 10 %, ramenant les ventes à 110 000 maisons en 2018, serait largement outrepassée.

Les candidats à l’accession sont touchés de plein fouet par les mesures de réduction du PTZ en zones B2 et C et plus encore par la suppression totale et brutale de l’APL Accession. La tendance négative observée confirme la forte sensibilité des ménages à l’importance des aides publiques et à leur bon calibrage ».

Patrick Vandromme, président de LCA/FFB