LCA/FFB lance un cri d’alarme sur la chute des logements neufs et sur la fracture territoriale

LCA/FFB lance un cri d’alarme sur la chute des logements neufs et sur la fracture territoriale

Le challenge de l’Habitat Innovant 2019 de LCA/FFB, à Athènes, a réuni 400 professionnels de la construction et de la promotion. Vitrine de la profession, ce rendez-vous annuel est aussi une tribune pour ce syndicat qui déplore la diminution des aides à l’achat et l’accentuation de la fracture territoriale sur fond de gilets jaunes.

La LCA/FFB fait le point sur la politique du logement

Chaque année, les professionnels de la maison individuelle, de la promotion et de l’aménagement, adhérents au syndicat LCA/FFB se réunissent dans une capitale européenne pour échanger, partager et proposer des réalisations innovantes dans le domaine de la maison, de la promotion, de la transition urbaine, des réalisations remarquables, de l’habitat innovant. Des catégories qui demandent aux 19 participants au Challenge, de toutes les tailles d’entreprise, de la plus petite à la plus grande, un investissement en temps et en budget même s’ils sont épaulés par un coordonnateur appartenant à l'une des 65 entreprises partenaires de la construction, industriels, bureaux d’étude, énergéticiens, assureurs… Un moment fort aussi puisque le président actuel, Patrick Vandromme, également président de Maison France Confort, arrive en fin de mandat et sera remplacé par un promoteur, Grégory Monod, président de Sogimm. Le moment également de faire le point sur la politique du logement.

Participants de la LCAFFB
Le Challenge de l'Habitat est, chaque année, un moment d'échange autour de la thématique de l'habitat. © LCA/FFB

Le Challenge de l'Habitat c’est aussi un rendez-vous syndical où nous faisons le point sur la règlementation en cours avec la loi Elan. Celle-ci, en raison du rabotage du PTZ et de l’APL accession, va se traduire, en fin d’année, par une diminution de 15 % des ventes par rapport à l’an dernier, soit 118 000 unités environ ».

Patrick Vandromme, président de LCA/FFB.

La fédération lance une tribune contre la fracture territoriale

Le rabotage du PTZ en termes de quotité et de zonage aboutit à la baisse du marché du neuf, de l'individuel ou du collectif. C’était prévisible notamment dans le secteur de la maison individuelle très sensible aux aides et c’est désormais avéré. Or, sur fond de manifestations des gilets jaunes, la tension entre les métropoles et les autres villes moyennes ou rurales montre que les Français veulent pouvoir faire construire et acheter une maison à proximité de leur lieu de travail, avec à la clé, des aides identiques. Aussi, LCA/FFB demande le maintien du PTZ en zone B2 et C en 2020 et avec la même quotité qu’en zone A et B1. Du côté investissement, la donne est différente et le syndicat propose un zonage de projet, là où existent des besoins locatifs.

Jacques Chanut et Patrick Vandromme
Jacques Chanut, président de la FFB et Patrick Vandromme, président de LCA/FFB. © LCA/FFB

La suppression totale du PTZ serait une catastrophe pour les acquéreurs, pour le bâtiment, et pour l’emploi. Nous sommes partisans d’un PTZ identique dans toute la France ce qui permettrait de réduire ce sentiment d’abandon et de fracture territoriale. »

Jacques Chanut, président de la Fédération Française du Bâtiment.