E+ C- : un nouveau label pour encourager la construction des bâtiments à énergie positive

E+ C- : un nouveau label pour encourager la construction des bâtiments à énergie positive
partage(s)

Un nouveau label va être expérimenté par les professionnels avant d’être érigé en règlementation environnementale en 2020. Appelé « E+ C- », il associe les exigences de performance énergétique à la réduction de gaz à effet de serre.

Réduction carbone : une succession de règlements énergétiques depuis 1974

Depuis le premier choc pétrolier en 1974, qui fit enflammer le coût de l’énergie, les mesures en faveur des économies d’énergie se succèdent. Elles se renforcent avec la RT 2005 et la loi Grenelle 1 en 2009 puis avec la RT 2012, obligatoire pour toutes les constructions depuis le 1er janvier 2013 et qui instaure le Bâtiment Basse Consommation. La  COP 21, qui s’est tenue à Paris en décembre 2015, a renforcé la prise en compte des enjeux gouvernementaux et a amené, indirectement, à une meilleure approche du BEPOS, bâtiment à énergie positive. Un an plus tard à peine, en octobre 2016, le label « E+C- » est créé pour encourager la construction de bâtiments à énergie positive et bas carbone, et, expérimenter avec les professionnels volontaires la future règlementation.

maison-label
Plus de 40 ans de normes et ce n'est pas fini ! © Bastide Bondoux

Bon à savoir

La maison BEPOS ou à énergie positive a pour objectif de générer plus d’énergie qu’elle n’en consomme. Sont pris en compte le refroidissement, le chauffage, la production d’eau chaude sanitaire, l’éclairage, la ventilation mais aussi les appareils électroménagers, électroniques ainsi que l’impact carbone.

Un objectif de - 40 % de C02 pour 2030

Faire baisser le coût de la facture pour les propriétaires comme pour les locataires tout en réduisant l’impact de la consommation d’énergie dans l’environnement n’était qu’un premier pan de la « révolution » énergétique. Le réchauffement climatique qui s’accentue à vive allure incite les pouvoirs publics à aller plus loin notamment dans la réduction des émissions de CO2 :

  1. - 40 % de CO2 en 2030
  2. - 87 %  de CO2 en 2050

Bon à savoir

 Le bilan CO2 se calcule sur la quantité de polluants rejetés dans la nature pendant tout le cycle de vie de la maison, de sa fabrication à sa construction, de son exploitation à sa déconstruction et à son recyclage.

Quel profit pour l’habitant de la maison ?

Depuis longtemps, les professionnels demandent un moratoire des normes qui renchérissent la construction et donc la vente des maisons. Toutefois, avant que la RT 2020 ne soit adoptée, ils ont obtenu un délai pour expérimenter les nouvelles exigences sur les logements, pour évaluer les impacts des autres règlementations sur les niveaux d’exigences proposés et pour mesurer les surcoûts éventuellement engendrés en fonction des niveaux obtenus.

Pour faire baisser sa facture énergétique et attendre un retour sur investissement, l’acquéreur peut admettre un surcoût. Pour la réduction du carbone, il va payer plus mais ne pas en percevoir directement les effets »

Dominique Duperret, délégué général de LCA/FFB.